Catégories
Informer & Entreprendre

Comment 2020 a changé pour toujours la conversation sur les droits de l'homme pour les entreprises

https://chiefexecutive.net/ "width =" 2560 "height =" 1630 "srcset =" http://www.fce-dz.org/wp-content/uploads/2020/12/Comment-2020-a-change-pour-toujours-la-conversation-sur-les.jpg 2560w, https: / /chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-300x191.jpg 300w, https://chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-1024x652.jpg 1024w, https: / /chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-200x127.jpg 200w, https://chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-768x489.jpg 768w, https: / /chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-1536x978.jpg 1536w, https://chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-2048x1304.jpg 2048w, https: / /chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-696x443.jpg 696w, https://chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-1068x680.jpg 1068w, https: / /chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-1920x1222.jpg 1 920w, https://chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-660x420.jpg 660w, https://chiefexecutive.net/wp-content/uploads/2020/12/AdobeStock_205858538-600x382.jpg 600w "tailles =" (max-width: 2560px) 100vw, 2560px "/> De Covid-19 à l'élection présidentielle américaine en passant par Black Lives Matter, cette année a attiré l'attention des chefs d'entreprise sur toute une gamme de questions relatives aux droits de l'homme - santé et sécurité des employés, égalité des sexes, mesures anti-discrimination, pour n'en nommer que quelques-uns.</p>
<p>En termes simples, 2020 a été l'année où plus d'entreprises et d'investisseurs que jamais se sont concentrés sur le «S» de l'ESG.</p>
<p>Tout cela se construit depuis un certain temps, mais les mouvements de lutte contre la pandémie et l'égalité raciale ont accéléré ces tendances et mis en évidence ce à quoi l'avenir des questions sociales et des droits de l'homme pourrait ressembler pour les entreprises.</p>
<p>Les marques mondiales cherchent maintenant à atténuer leurs risques pour les droits humains afin de maximiser leurs opportunités commerciales. Les législateurs ont comblé les clivages partisans dans le but de maintenir les violations des droits de l'homme hors des chaînes d'approvisionnement mondiales. Et 2020 a été témoin d'une tendance mondiale vers une diligence raisonnable obligatoire en matière de droits humains.</p>
<p>Tous ces développements et d'autres témoignent d'un mouvement mondial vers une responsabilité accrue des entreprises dans le respect des règles et normes internationales relatives aux droits de l'homme. Dans le même temps, ces tendances remodèlent également le paysage de la réglementation et de la conformité des droits de l'homme auquel les entreprises seront confrontées à l'avenir.</p>
<p>Alors que nous célébrons la Journée internationale des droits de l'homme, sachez ceci: les meilleures pratiques liées aux droits de l'homme, à l'impact social et à la durabilité ont beaucoup évolué en 2020, passant d'un simple impératif moral à une reconnaissance croissante de l'importance et de l'impact du lien. à la ligne du bas. Voici quelques-unes des tendances connexes auxquelles les chefs d'entreprise peuvent s'attendre en 2021.</p>
<h5><strong>• Tolérance zéro pour les violations des droits humains dans la chaîne d'approvisionnement.</strong></h5>
<p>Les grandes entreprises ont récemment fait l'objet d'un examen minutieux pour leurs positions perçues sur la loi sur la prévention du travail forcé ouïghour, qui réprimerait les importations faites avec le travail forcé des minorités musulmanes persécutées en Chine. Le projet de loi est l'un des rares problèmes au Congrès en ce moment avec un soutien bipartisan significatif, passant à la Chambre par un vote de 406 contre 3.</p>
<p>Mais certaines entreprises ont exprimé des craintes que cela puisse endommager les chaînes d'approvisionnement mondiales qui dépendent fortement des exportations chinoises. La Cour suprême a également récemment entendu une plaidoirie en <em>Nestlé contre Doe </em>et <em>Cargill contre Doe I</em>, qui peut déterminer l'avenir de la responsabilité des entreprises en vertu du Statut de la responsabilité civile étrangère pour les violations du droit international des droits de l'homme.</p>
<p>Qu'on le veuille ou non, une législation comme celle-ci est une indication claire de la direction que prennent les régulateurs gouvernementaux en ce qui concerne les violations des droits de l'homme à l'étranger. Les entreprises devront accorder encore plus d'attention aux personnes avec lesquelles elles travaillent – et à qui ces entreprises s'approvisionnent – qu'auparavant.</p>
<h5><strong>• La fusion des agendas cloisonnés.</strong></h5>
<p>Les efforts en matière de droits de l'homme, de durabilité et de diversité, d'équité et d'inclusion (DEI) ont traditionnellement été cloisonnés dans les entreprises, mais cela commence à changer. Poussés par le mouvement Black Lives Matter, en particulier, et la reconnaissance par les praticiens des droits de l'homme qu'une attention insuffisante n'a pas été accordée à la liberté de ne pas subir de discrimination et au droit à l'égalité, ces programmes et objectifs commencent à se rassembler au sein des entreprises dans un effort pour tout régler. du discours de haine, à l'innovation responsable et même à la diversité dans le développement de produits.</p>
<p>Au niveau structurel, la meilleure pratique consiste désormais à assurer une hiérarchie directe entre ces rôles et la C-suite, y compris des vérifications régulières avec le conseil d'administration, afin de faciliter une relation de travail collaborative tout en créant des incitations qui font progresser ces programmes collectivement.</p>
<h5><strong>• Un nouvel accent sur la responsabilité sociale.</strong></h5>
<p>Lorsque l'on considère les facteurs ESG – environnementaux, sociaux et de gouvernance – impliqués dans l'impact d'une entreprise sur le monde dans son ensemble, les aspects sociaux font l'objet d'une attention accrue et sont directement liés aux droits de l'homme, aux risques et aux opportunités.</p>
<p>Avant Covid-19 et Black Lives Matter, de nombreuses entreprises avaient tendance à accorder le plus d'attention à la responsabilité environnementale dans leurs efforts ESG. Mais maintenant, nous assistons à une évolution vers des politiques sociales et une atténuation des risques, tant de la part des investisseurs que des consommateurs. Les entreprises doivent se renseigner sur les implications de l'ESG et répondre aux attentes qui en découlent.</p>
<h5><strong>• Envisager une diligence raisonnable obligatoire en matière de droits humains.</strong></h5>
<p>L’Union européenne est en train de proposer une législation obligatoire sur le devoir de diligence en matière de droits de l’homme au début de 2021, qui fera partie du programme de redressement Covid-19 de l’UE et du pacte vert européen. Cela ferait suite à la loi française sur le devoir de vigilance des entreprises et à la loi néerlandaise sur la diligence raisonnable en matière de travail des enfants, ainsi qu'aux exigences de divulgation de diligence à une seule question dans des lois telles que la California Transparency in Supply Chains Act, l'Australie's Modern Slavery Act et la Loi britannique sur l'esclavage moderne.</p>
<p>La prochaine étape logique à laquelle les entreprises peuvent s'attendre dans l'effort d'identification et d'atténuation des violations potentielles des droits humains pourrait être une législation obligatoire sur le devoir de diligence en matière de droits humains. Il est maintenant temps d'intégrer ces considérations dans les processus de diligence de l'entreprise et de se préparer aux changements anticipés qui pourraient intervenir dès 2021.</p>
<h5><strong>• Un accent accru sur la santé, la sécurité et le bien-être des employés.</strong></h5>
<p>Résultat naturel de la pandémie de Covid-19, les employeurs mettent maintenant en place des plans pour protéger à la fois leurs employés directs ainsi que leurs chaînes d'approvisionnement et d'autres parties prenantes. Cela comprend tout, de la planification d'urgence en cas de pandémie, aux processus d'intervention d'urgence, aux protocoles de sécurité des employés, tous axés sur la minimisation de l'impact potentiel sur le côté humain de l'entreprise. C'était un domaine facile à négliger pour les entreprises avant Covid, mais ces jours sont maintenant derrière nous. Le moment est venu pour les entreprises de revoir leurs objectifs à long terme en matière de santé et de sécurité de leurs employés.</p>
<p>Les entreprises qui négligent ce nouveau paysage des droits de l'homme concernent des poursuites judiciaires, des amendes réglementaires et des atteintes à la réputation, qui pourraient tous entraîner une perte de valeur pour les actionnaires. Et cela pourrait être le plus grand obstacle lié aux droits de l'homme auquel sont confrontées les entreprises en 2021: rien de tout cela n'est plus facultatif.</p>
</p></div>

		</div><!-- .entry-content -->

	</div><!-- .post-inner -->

	<div class=

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *