Catégories
Informer & Entreprendre

Top 10 des pays européens avec les investissements les plus importants en recherche et développement> Magazine CEOWORLD

Selon des données récentes, la Suède, l'Autriche et l'Allemagne investissent des sommes plus importantes dans la recherche et le développement que dans d'autres pays européens. Il est à noter que la Grèce a amélioré sa position parmi les États membres de l'Union européenne, en termes d'investissements dans la recherche et le développement.

La Suède est en tête de la liste des pays européens ayant les dépenses de recherche et développement les plus élevées. Selon des données récentes concernant la Suède, la part des dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 3,32%, la plus élevée des pays européens.

Vient ensuite la liste Autriche. Avec une part des dépenses de recherche et développement dans le PIB de 3,17%, l'Autriche a pris la deuxième place. L’Allemagne a pris la troisième place sur la liste, la part du pays dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB s’établissant à 3,13%.

Le Danemark et la Belgique complètent le top 5 des pays européens avec les dépenses de recherche et développement les plus élevées. Au Danemark (4e place sur la liste), la part des dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 3,03%. Dans le même temps, en Belgique (5e place sur la liste), la part des dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 2,76%.

Suit de près la Finlande. La part du pays dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 2,75% selon des données récentes. Ainsi, la Finlande arrive à 6e place sur la liste. La France en a pris 7e place sur la liste. La part du pays dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 2,20%. Les Pays-Bas viennent ensuite, la part du pays dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB étant de 2,16%.

La Slovénie et la République tchèque (Tchéquie) complètent le top 10 des pays européens avec les dépenses de recherche et développement les plus élevées. La part de la Slovénie dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 1,95% tandis que la part de la République tchèque dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 1,93%.

Il convient de mentionner que la Grèce a amélioré sa position sur la liste. Plus précisément, détient 16e place et précède des pays comme l'Espagne, le Luxembourg et l'Irlande. Le pourcentage des dépenses de recherche et développement par rapport au PIB en 2019 pour la Grèce était de 1,27%, contre 1,21% en 2018, poursuivant la tendance à la hausse des dernières années.

En 2019, des dépenses ont été engagées en Grèce pour des activités de recherche et développement pour un montant de 2336,58 milliards d'euros, qui ont augmenté de 157,27 millions d'euros. Cela signifie une augmentation du pourcentage relatif de 7,2% par rapport à 2018.

L'augmentation significative des dépenses de recherche et développement en 2019 s'est traduite par une augmentation de l'emploi dans les secteurs d'activité respectifs. Le nombre d'équivalents temps plein (ETP), qui donnent des postes à temps plein, par rapport à 2018, a augmenté de 6,9% pour l'ensemble du personnel en recherche et développement et de 9,3% pour les chercheurs. L'effectif total en recherche et développement en 2019 s'élevait à 54833 postes à temps plein (ETP) et les chercheurs à 40084 ETP. La plus forte augmentation est enregistrée dans le domaine de l'enseignement supérieur.

Concernant les sources de financement des dépenses de recherche et développement (2019), un montant de 972,61 millions d'euros (41,6% du total), provenait des entreprises. L'essentiel du financement des entreprises, 896,78 millions d'euros, a été investi dans des activités de recherche et développement menées par les entreprises elles-mêmes.

Des activités de recherche et développement ont également été financées dans l'enseignement supérieur (56,35 millions d'euros), dans le secteur public (17,24 millions d'euros) et dans les institutions privées à but non lucratif (2,24 millions d'euros).

L'Etat est la deuxième source de financement avec 949,58 millions d'euros (40,6% du total). Les sources comprennent le budget ordinaire, la partie nationale du programme d'investissement public et le CRSN 2014-2020.

Les pays qui accusent un retard en matière de dépenses de recherche et développement sont la Bulgarie, la Lettonie, Malte, Chypre et la Roumanie. Par exemple, la part de la Bulgarie dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 0,76% selon des données récentes. La part de la Lettonie dans les dépenses de recherche et développement dans le PIB est inférieure (0,64%). En outre, la part de Malte des dépenses de recherche et développement dans le PIB est de 0,57%, Chypre de 0,55% et la Roumanie de 0,50%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *